Web analytics + Business Intelligence = Web Intelligence

Web analytics + Business Intelligence = Web Intelligence

Quand va-t-on cesser de considérer Internet comme un média supplémentaire au même titre que la presse papier, la télévision ou la radio ? Internet est une nouvelle façon de faire du business à part entière. Quand cet état de fait sera entré dans les mœurs, on cessera de considérer le trafic comme la mesure numéro un du succès et la publicité comme la source numéro un de revenus.


Tous les sites qui proposent des services à valeur ajoutée s’en porteront bien mieux car ils parviendront à simplement vendre leurs services auprès d’une base de clients payants plutôt tenter de monétiser des pages vues et des visiteurs. A titre d’exemple, un site de presse peut espérer générer 3 euros par an par visiteur unique en revenus publicitaires, contre pratiquement 10€ par mois pour un abonnement.

Pour réussir cette transition, il faut que les gestionnaires de ces sites changent leur façon de piloter leur activité au jour le jour. Tant que leurs yeux resteront fixés à leurs outils de webanalyse qui ne mesurent que le trafic et de ses diverses déclinaisons (visites, visiteurs uniques, conversions, rebonds, etc.) ils seront incapables d’imaginer leur business autrement que sous cet angle.

Ils pourraient s’inspirer des secteurs plus traditionnels de l’économie qui depuis 15 ans ont adopté des outils de Business Intelligence pour piloter leur activité en fonction des résultats de leur business.

Le secteur des Petites Annonces sur Internet mène la marche vers des systèmes de Web Intelligence qui combinent les données de navigation et les données des annonces elles-mêmes et des autres systèmes de production (emails, transactions…). Les PA sont en pleine mutation avec l’effondrement du papier et l’arrivée de pure-players internet comme Leboncoin ou Groupon qui bouleversent le marché. Face à une concurrence féroce et des utilisateurs très volatiles, de plus en plus de sites de PA analysent leurs stocks d’annonces, les contacts et les services payants (production) en même temps que leur trafic (navigation) pour acquérir des clients qui cherchent ce qu’ils ont effectivement en stock, mieux répartir les contacts sur leurs annonces, vendre plus d’options payantes, et pour se spécialiser sur des régions ou des catégories sur lesquels ils sont en position de force.

Avec à la clé un résultat net fortement amélioré et une croyance en l’avenir. Les équipes qui se déchiraient pour savoir qui du marketing ou de l’IT aurait la bonne idée pour accroître encore le trafic, se mettent d’accord autour de chiffres factuels : les annonces sur les animaux ont un taux de contact 3 fois plus élevé que le mobilier domestique ; les photos multiplient le taux de contact par 4 ; 2 heures de délais de modération en plus c’est 2000€ de chiffre d’affaires en moins par semaine. . « Une question, une réponse » : telle est la promesse de la Web Intelligence pour les PA et bientôt pour les autres business sur Internet.

By Adrien Schmidt

Article à lire sur:
Le Journal du Net
Decideo.fr
Internet Retailing
Marketing-professionnel.fr
Solutions-Logiciels.fr
Experts-IT